Contact
Essai gratuit

Prévenir des TMS : 4 conseils pour organiser son espace de travail

Prévenir-des-TMS
Alexandre Diard
Prévenir-des-TMS

Les troubles musculo-squelettiques, autrement appelés TMS, constituent la première source de maladie professionnelle en France. En effet, 15 % des salariés, tous secteurs confondus, seraient touchés par le mal de dos, les tendinites ou encore par les affections des vaisseaux sanguins des jambes, liés ou aggravés par leur travail.

Aujourd’hui, les entreprises ont décidé d’agir et de lutter contre les TMS. Elles repensent les modes de travail, l’ergonomie des locaux et réorganisent les espaces de travail de manière à davantage penser au bien-être des collaborateurs.

Après plusieurs analyses et essais d’organisation des espaces de travail, les entreprises constatent de nombreux effets positifs liés à ces changements : une baisse de l’absentéisme et des arrêts maladie mais également une augmentation du bien-être des salariés et de la productivité.

Soucieux de la santé de tous les employés, PeopleSpheres vous donne 4 conseils afin de mieux organiser son espace de travail afin de réduire les risques de TMS.

PeopleSpheres porte une importance particulière au bien-être de ses collaborateurs. Notre SIRH propose un grand nombre de modules qui permet à vos collaborateurs de gérer leurs besoins et leurs demandes en pleine autonomie. Le socle RH propose des fonctionnalités telles que la boîte à idées qui permet à vos collaborateurs d’exprimer leurs besoins et problèmes rencontrés : cela est utile notamment pour améliorer les conditions de travail.


Essai gratuit

Nos autres articles :
5 astuces pour garantir l'épanouissement professionnel
5 astuces pour améliorer la QVT dans son entreprise

Les troubles Musculo-Squelettiques (TMS), définition

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent toutes les pathologies qui affectent les tissus (tendons, gaines synoviales, nerfs…) situés à la périphérie des articulations. Les TMS les plus répandus sont le mal de dos (cervicalgies et lombalgies), les tendinites du poignet (syndrome carpien), du coude ou de l’épaule ou encore les affections des vaisseaux sanguins des jambes.

Ces derniers sont provoqués par des gestes répétitifs, associés à des efforts excessifs et des postures extrêmes. Ils surviennent lorsque les contraintes subies par les articulations sont trop fortes comparées aux capacités fonctionnelles d’une personne.

Révélées dans les années 80 comme étant dues au travail et à son organisation, ces pathologies ont longtemps, à tort, été associées à l’hygiène de vie des personnes. Les entreprises ont alors compris l’importance d’une bonne organisation de l’espace de travail et misent aujourd’hui sur le bien-être au travail avec, notamment, l’apparition du poste d’Happiness Manager dans la fonction RH.

Essai gratuit

Conseil n°1 : Le matériel, première étape pour limiter les TMS

Notre premier conseil est sûrement le plus coûteux pour l’entreprise mais également celui  qui réduira le plus le risque de TMS. Avoir du matériel de qualité et adapté à la position du travailleur (en mouvement ou statique / debout ou assis) permet de mieux organiser l’espace de travail. Néanmoins, l'apparition de TMS est plus fréquente chez les employés de bureau. Vous ne le savez peut-être pas, mais notre siège et notre écran sont très souvent mal réglés et non adaptés à notre morphologie.

Comment régler son siège correctement ?

Un bon siège doit tout d'abord pouvoir s’adapter à notre posture et donc être réglable de la hauteur à l’inclinaison du dossier en passant par les accoudoirs. Le reste ne dépend ensuite que de vous.

Afin de régler votre siège correctement, il vous faudra commencer par vous asseoir correctement. Pour cela, asseyez-vous au fond du siège, puis réglez la hauteur de celui-ci. Vous devez toucher le sol avec vos pieds à plat et de sorte que vos genoux aient un angle d’environ 90°.

Passez ensuite à l’écartement entre les accoudoirs. Vos bras doivent être relâchés et proches du corps. Néanmoins, si vous ne disposez pas d’accoudoirs, d’autres solutions existent. Vos bras peuvent être posés sur votre plan de travail mais vos épaules doivent absolument être relâchées afin de ne pas solliciter vos cervicales et de provoquer des gênes ou l’apparition de TMS.

Enfin, concernant le dossier de votre siège, il vous faut le régler de manière à être au fond de celui-ci tout en gardant les bras bien placés sur les accoudoirs, vos deux pieds au sol et vos épaules relâchées.

Essai gratuit

Adaptez ensuite le positionnement de l’écran par rapport au siège

L’organisation de son poste de travail peut être améliorée grâce à de simples réglages de son écran. Mal réglé, un écran peut provoquer des douleurs aux cervicales, au dos et aux épaules. Afin d’éviter une sur sollicitation, le cou doit adopter une position neutre. Pour cela, nous vous conseillons d’augmenter légèrement la hauteur de votre écran afin qu’une fois bien positionné vous puissiez atteindre facilement le haut de l’écran.

L’utilisation d’un bras support écran ou modifier la hauteur sur un poste de travail classique peut vous éviter le pire : les TMS. Concernant les ordinateurs portables, ils existent aujourd’hui de nombreuses solutions comme les supports afin de faciliter l’élévation de l’écran et donc de réduire les risques de raideur de la nuque.

office-tms

Essai gratuit

Conseil n°2 : Les pauses et les étirements, des éléments indispensables

Afin de préserver votre corps de douleurs (articulaires, vertébrales, des nerfs, des ligaments, des tendons ou encore des genoux) dues à la raideur des muscles ou à l’inverse aux vibrations à cause de gestes répétitifs et brutaux, il est indispensable de vous lever et de vous “dégourdir les jambes” 5 minutes toutes les heures (ou 15 min toutes les 2 h).

N’hésitez pas non plus à vous étirer régulièrement. Si vous pensez ne pas avoir le temps, il suffit de profiter du fait de ranger et nettoyer votre bureau pour pratiquer quelques exercices simples :  étirer ses bras et ses poignets, tourner lentement son cou de gauche à droite ou encore se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre le bout de son espace de travail.

Enfin, sachez que de plus en plus d’entreprises mettent en place des ateliers de yoga, de pilate ou de relaxation afin de permettre à leurs employés de prendre le temps de se détendre. Les entreprises constatent alors une meilleure productivité et créativité de la part de leurs équipes.

Conseil n°3 : Alternez votre posture pour diminuer le risque

Essai gratuit

Pour diminuer le risque de TMS, il est conseillé de changer régulièrement de posture. Si cela vous semble compliqué aujourd’hui avec la disposition de votre espace de travail, demandez au DRH de mettre à disposition des salariés des ballons d’assise corrective ainsi que des espaces de travail avec une ergonomie différente : salon de travail, mange-debout, chaises avec tablettes écritoires, etc…

En effet, plus vous réorganiserez votre espace de travail en pensant davantage à votre posture, plus vous réduirez les risques liés aux troubles musculo-squelettiques. Les DRH ont donc tout intérêt à donner une réponse favorable à votre requête

Conseil n°4 : Profitez de la lumière extérieure et faites le plein de vitamines

La luminosité est également un facteur majeur dans l’organisation de son poste de travail. Souvent négligées, la lumière naturelle et la vue sur l’extérieur à hauteur des yeux permettent une meilleure concentration ainsi qu’un relâchement du corps. Adieux les tensions et les yeux plissés pour se concentrer sur son écran.

Si vous ne pouvez disposer votre espace de travail de sorte à recevoir de la lumière naturelle, nous vous conseillons de profiter de vos 5 min de marche pour aller dehors. Prenez pour vous quelques minutes au soleil [ou du moins à la lumière naturelle s’il ne fait pas beau] pour un “shot de vitamine” nécessaire au bon fonctionnement de votre corps.

Essai gratuit

Par ailleurs, l’éclairage intérieur doit être légèrement devant vous ou sur le côté afin de ne pas gêner votre vision ou vous éblouir.

Enfin, veillez également à régler la luminosité de votre ordinateur. La mise en place du “mode nuit” ou l’utilisation de lunettes anti-lumière bleue peuvent vous aider à reposer vos yeux. Votre posture peut également jouer un rôle important. En effet, il vous faut respecter la distance d’environ 70 cm entre vos yeux et votre écran. Si nécessaire, vous pouvez, de temps en temps, amener votre regard vers l’horizon pour ensuite revenir lentement à votre écran.

Vous l’avez compris, une bonne posture, des pauses régulières, une exposition à la lumière naturelle et un matériel adapté permettent une bonne organisation de son poste de travail et favorisent le bien-être au travail. De plus, ces 4 conseils réduisent les risques d'être touché par les troubles musculo-squelettiques autrement appelés TMS.

Par ailleurs, l’utilisation d’accessoires ergonomiques peut soulager les zones déjà touchées par la douleur. Ces accessoires peuvent être des supports d’ordinateurs, de papiers ou de claviers, des pupitres, des souris verticales ou encore des repose-pieds... Ils amélioreront grandement l’organisation de votre poste de travail. Il est donc important de soumettre ces achats de matériels à votre service RH.

Enfin, en ces temps de confinement et de télétravail, il est conseillé de mettre en application ces conseils d’organisation de poste de travail chez vous. Vous pourrez alors reprendre ces habitudes au bureau dès la fin du confinement afin de rester en bonne santé et d’éviter d’être atteint de TMS.

Essai gratuit